A bord de l’Orient Express

Embarquer / S’immerger

Aujourd’hui, Orient Express est une rame composée de sept voitures historiques. Chacune décline une atmosphère particulière, faisant d’Orient Express la mémoire et l’emblème des trains luxueux du début du 20e siècle. Leur confort se double d’un décor signé des plus grands artistes et décorateurs de l’époque. Entièrement restaurées et désormais classées au titre des monuments historiques, ces voitures-bars, voitures-salons et voitures-restaurants sont de véritables ambassades itinérantes du style Art déco.

Train Bleu

Le Calais-Méditerranée-Express doit son surnom à ses voitures bleu nuit soulignées d’un filet jaune d’or, inaugurées en 1922. Réalisée par René Prou, la décoration intérieure se distingue par des marqueteries de bouquets de fleurs en paillettes d’argent et de roses en pâte de verre signées Lalique. En 1950, cet espace lumineux est réaménagé pour accueillir un bar en acajou massif. Décor du film de Sydney Lumet « Le crime de l’Orient-Express », cette voiture est l’un des deux exemplaires du Train bleu historique.

Étoile du Nord

L’Étoile du Nord s’élance en 1927 pour relier Paris à Amsterdam en… huit heures. Confiée à René Prou, la décoration intérieure de cette voiture-salon est sobre : parois lambrissées en loupe de bouleau de Finlande incrustées de marqueteries exotiques et moquette rouge ornée de fleurs stylisées mettent en valeur les vingt-huit fauteuils tapissés d’un motif Art déco. Cette voiture à l’élégance cosy a également accueilli les passagers de la Flèche d’Or (Paris-Londres), de l’Oiseau Bleu (Paris-Bruxelles) et du Sud Express (Paris-Lisbonne).

Flèche d’Or

Construite en 1929 pour relier Paris à Londres, cette voiture-salon rend hommage au talent du maître verrier René Lalique, et de sa fille, Suzanne, qui dessina les motifs des tapisseries. Des boiseries en platane servent d’écrin à des panneaux en pâte de verre ornés de motifs mythologiques, tout en structurant un espace vaste, agrémenté d’un petit salon privé à chacune de ses extrémités. En 1977, la Princesse Grace profitera d’un dernier trajet jusqu’à Monte Carlo pour voyager à bord de ce joyau Art déco.

Anatolie, Riviera et Taurus

La voiture Anatolie a circulé notamment sur le Simplon-Orient-Express qui reliait Londres à Istanbul via Paris, Milan, Venise, Bucarest et Athènes. Sa décoration en bois précieux (acajou, bois de violette, rose, ébène et platane) est l’œuvre d’Albert Dunn, marqueteur de grands paquebots transatlantiques.

 

La voiture Riviera circulait également sur le Simplon-Orient-Express. Construite en 1927, sa décoration intérieure, composée de panneaux de marqueterie en acajou, bois de rose et ébène, est attribuée à René Prou.
La voiture Taurus a circulé de 1927 à 1940 sur l’Orient-Express, offrant aux voyageurs un décor associant l’acajou des marqueteries au bronze poli des appliques et des porte-bagages. À l’escale d’Alep, c’est à bord de cette voiture que grimpe Hercule Poirot dans le film de Sydney Lumet Le Crime de l’Orient-Express.

Côte d’Azur

Construite en 1929, cette voiture circulait sur le train qui reliait Londres à Vintimille, via Paris, Nice et Monte Carlo. Restaurée en 2011 par des artisans d’art, sa structure d’origine – un petit coupé de quatre places – a conservé le bar qui avait été ajouté en 1975. Les boiseries ont été remplacées tandis que les plus grands panneaux de bois clair ont été incrustés de marqueteries exotiques en zinc, réalisées à partir de dessins originaux de René Prou.