Orient Express, la légende de retour sur les rails

juin 2022

Rêve / Voyage

Orient Express, artisan du voyage depuis 1883, annonce le retour de son train légendaire dans un format inédit.

Presque 140 ans après le lancement des premiers trains de luxe Orient Express, la légende continue avec l’annonce officielle du lancement prochain du futur Orient Express.

 

En chef d’orchestre, l’architecte Maxime d’Angeac redonne vie au mythe en imaginant un tout nouveau concept de train. Une vision contemporaine du luxe et du confort extrême qui rendra hommage à l’héritage sacré d’Orient Express.

 

Dès 2024, l’Orient Express invitera les voyageurs à revivre la légende à bord de 17 voitures originales de l’Orient Express datant des années 1920-1930, certaines parées de décors exceptionnels. Un ensemble de voitures plus récemment connues sous l’appellation « Nostalgie-Istanbul-Orient-Express ».

© Crédit photo Xavier Antoinet

L’Orient Express, un mythe retrouvé

Artisan du voyage depuis 1883, Orient Express naît du rêve de son fondateur, Georges Nagelmackers. Inspiré par son voyage aux Amériques, il inaugure le train le plus luxueux du monde. Une légende est née. L’Orient Express traverse les grandes capitales européennes, relie l’Occident aux portes de l’Orient. Une épopée magique qui prend fin en 1977.

 

Au début des années 80, deux entrepreneurs privés décident de ressusciter la légende. James Sherwood, l’américain propriétaire de l’hôtel Cipriani à Venise, remet sur les rails le Venise-Simplon-Orient-Express. D’origine suisse, le voyagiste et homme d’affaires Albert Glatt, inaugure de son côté, le Nostalgie-Istanbul-Orient-Express. Ce Train-Croisière de rêve, composé des voitures historiques de l’Orient Express, circule entre Zurich et Istanbul et connaît alors un succès retentissant. En 1992, le King of Pop, Michael Jackson, y embarque pour quelques semaines le temps de sa tournée européenne, Dangerous. Sous le nom d’Extrême-Orient-Express, le train effectua notamment le plus long parcours jamais réalisé en reliant Paris à Tokyo. Malgré l’exploit, le Nostalgie-Istanbul-Orient-Express s’arrête quelques années plus tard et disparait.

À la recherche du dernier Orient Express

2015. Arthur Mettetal, chercheur spécialiste de l’histoire industrielle, mène pour la SNCF, un inventaire mondial de l’Orient Express. Au détour de ses recherches, il découvre une vidéo providentielle d’un train en pleine manœuvre, postée par un anonyme sur Youtube. « Nous savions que la rame Glatt existait quelque part, mais personne ne savait exactement où. En décryptant la vidéo, nous avons distingué le panneau de la gare de « Malaszewicze », un nom largement utilisé en Pologne. À force de persévérance, Google Maps et Google 3D nous ont mis sur la bonne piste. Les toits de voitures, visibles sur les vues aériennes, étaient bien ceux du Nostalgie-Istanbul-Orient-Express, bien alignés à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. »

Un bijou de l’Art déco

La découverte du trésor a lieu quelques mois plus tard. Arthur Mettetal, accompagné d’une traductrice, d’un photographe et de Guillaume de Saint Lager, Vice-Président d’Orient-Express, atterrissent à Varsovie. À 4 heures de route de la capitale polonaise, le groupe rejoint une zone de triage isolée au milieu de la steppe, juste à la frontière biélorusse. La visite aura lieu le lendemain, à l’aube. « Les voitures dormaient là, à l’air libre depuis une dizaine d’années. Étonnamment bien conservés, les intérieurs dévoilaient encore les marqueteries Morrison et Nelson, comme les panneaux Lalique, emblématiques du style Art déco, restés intacts et gravés aux motifs « merles et raisins ». Un pur miracle. »

 

Après deux années de tractations, le propriétaire du Nostalgie-Istanbul-Orient-Express cède son trésor à Orient Express. L’accord est signé à l’hôtel Bristol de Vienne, en juillet 2018. Un convoi dantesque, en camion, escorté par plusieurs véhicules de police ramène les 17 voitures – 12 voitures-lits, 1 restaurant, 3 salons et 1 fourgon – en France.

La renaissance de l’Orient Express

Aujourd’hui, Orient Express confie à l’architecte Maxime d’Angeac, une nouvelle mission historique : faire renaître la légende Orient Express, sublimer et prolonger son histoire en réinterprétant les décors du Nostalgie-Istanbul-Orient-Express. En 2024, à l’occasion des Jeux Olympiques de Paris, les premières voitures imaginées en collaboration avec les meilleurs artisans français, dévoileront les nouveaux charmes de l’Orient Express.

Maxime d’Angeac, architecte passionné

Passionné d’histoire, fasciné par les mouvements artistiques révolutionnaires, de la Renaissance italienne en passant par la Sécession viennoise, l’Art Nouveau ou l’Art déco, l’architecte révélé par ses scénographies pour Daum et Hermès, en collaboration avec le designer américain Hilton McConnico, réalise depuis 20 ans, des projets de restauration et de décoration de prestige, à l’instar de la Maison Guerlain, avenue des Champs-Elysées, et donne une nouvelle vie aux appartements, châteaux ou villas privés qu’on lui confie.

 

Voyageur amoureux, architecte féru de littérature, Maxime d’Angeac collectionne ouvrages anciens, traités d’architecture ou d’histoire industrielle et grands romans du voyage. Dans sa bibliothèque, se lisent les récits de Paul Morand, Henry Miller ou Ernest Hemingway. S’y trouvent aussi Wagon-Lit par Jospeh Kessel, la Prose du Transsibérien du poète Blaise Cendrars, les biographies d’artistes du nouveau siècle, celle de la collectionneuse d’art Peggy Guggenheim, la philosophie de Walter Benjamin et même la collection des romans d’Agatha Christie. Des références qui l’appellent, comme par évidence, à mener le nouveau projet d’Orient Express.

« La renaissance de l’Orient Express est un pari technologique, répondant à des critères scientifiques et techniques, et un défi artistique et esthétique où l’intégralité du projet a été pensé comme une œuvre d’art. Des vis estampillées Orient Express jusqu’au concept innovant des suites, quelques jeux d’esprit et une science exacte du détail permettront aux voyageurs de retrouver le grand faste de l’Orient Express. Confiée aux meilleurs artisans et ornemanistes spécialistes de leur discipline, cette ambassade du luxe à la française dévoilera un écrin au raffinement absolu, fidèle à l’art du sur-mesure. Une expérience du voyage en train incomparable, imaginée à travers une vision contemporaine du confort et du luxe extrême. » – Maxime d’Angeac, Architecte Orient Express.

 

« Réinventer l’Orient Express de demain à partir de voitures historiques datant de l’âge d’or du rail, quelle aventure fabuleuse ! C’est un trésor que nous avons redécouvert : le dernier Orient Express, disparu pendant 10 ans et aujourd’hui sauvé. Les talents et la passion de Maxime d’Angeac et des meilleurs artisans français révèleront dans quelques mois un train inédit, dont l’allure restera fidèle à la mémoire et l’Art du Voyage selon Orient Express. La légende est de retour, et avec elle, la redéfinition du luxe ferroviaire. » – Guillaume de Saint Lager, Vice-Président Orient Express.

A propos d’Orient Express, marque du groupe Accor

Artisan du voyage depuis 1883, Orient Express sublime l’Art du Voyage autour de ses trains de luxe, ses expériences uniques, ses collections d’objets rares. Et bientôt, ses premiers hôtels autour du monde avec Orient Express La Minerva à Rome et Orient Express Palazzo Donà Giovannelli à Venise, deux établissements attendus pour 2024. Un autre projet est également annoncé à Riyad, première ville du Moyen-Orient à officialiser l’arrivée d’un hôtel Orient Express. En parallèle du lancement du Nostalgie-Istanbul-Orient-Express, Orient Express La Dolce Vita, accueillera ses premiers passagers à bord de ses trains de luxe début 2024. Un maillage qui permettra d’offrir aux invités d’Orient Express toute l’expérience ultra luxe du voyage.

Partagez cette histoire sur...

Copied!
Haut de page