Matisse en 3D

Janvier 2021

Design / Création

Née pour célébrer l’audace du génie Henri Matisse (1869-1954), la maison d’édition Maison Matisse relancée par ses héritiers, édite des objets sensibles capables de transmettre toute la poésie du peintre. Inspirée par la toile, Intérieur aux aubergines, la deuxième collection signée de la créatrice Cristina Celestino fait revivre Matisse en version 3D à la maison.

 

Photographes : Alice Cuvelier, Fabrice Gousset et Chiara Cadeddu

Une œuvre, une histoire

Imaginant chaque collection à partir d’un tableau d’Henri Matisse, Maison Matisse choisit l’art comme moteur d’inspiration. Avec L’Atelier Rose, La Famille du peintre et L’Atelier rouge, Intérieur aux aubergines fait partie de la série des « intérieurs symphoniques » tous peints à l’été 1911 par Henri Matisse dans son atelier rue de la Gare à Collioure.

 

L’œuvre la plus décorative du peintre représente au centre une nature morte, les aubergines, prises dans un décor couvert de motifs d’arabesques sur une nappe, et de fleurs à cinq pétales s’étalant sur toute la toile, dans un principe de superposition illusoire troublant la volumétrie des objets. Le tableau comporte une fenêtre et un miroir dans lesquels semblent ne pas se refléter la réalité des objets.

Dans la tête de Cristina Celestino

Avec un univers décoratif, une approche subtile et sophistiquée de la couleur et des formes, une recherche poussée sur les textures et les matériaux, la designer et architecte d’intérieur Cristina Celestino a été naturellement choisie pour diriger la seconde collection Maison Matisse.

Née à Pordenone en 1980, Cristina Celestino commence à collaborer dès 2005 à plusieurs agences prestigieuses et consacre ses projets à l’architecture d’intérieur et au design. Installée à Milan où elle fonde sa marque Attico Design, elle dessine des projets aussi bien pour la clientèle privée que pour des éditeurs comme Fendi/Fendi Casa, Fornace Brioni ou CC-Tapis, et assure la direction créative des intérieurs et aménagements pour Sergio Rossi. Elle a reçu de nombreuses récompenses internationales, parmi lesquelles le Prix Spécial du Jury « Salone del Mobile Milano Award » en 2016.

Immergée dans l’œuvre de Matisse pendant plusieurs mois, la designer et architecte s’inspire des textures en all-over du tableau Intérieur aux aubergines, un mélange de géométries et de formes organiques, de signes et motifs floraux abstraits. La présence d’une fenêtre introduit également la question du rapport intérieur-extérieur : la scène évoque un intérieur mais fait respirer l’air du paysage représenté. Enfin, l’esquisse d’une décoration introduit une idée de féminité et d’intimité qui se manifeste à travers des compositions de fruits, légumes et poteries, ou une coiffeuse aux abords arrondis, un paravent qui juxtapose son motif avec un all-over mur-sol.

 

De ce travail naît une collection d’objets et de mobilier. Un canapé, un fauteuil, un paravent, deux tables basses, un tapis, un papier-peint et des objets de décoration. Tel un tableau vivant, ces pièces archétypales interprètent en 3 dimensions les éléments marquants de l’œuvre.

La collection « Intérieur aux aubergines »

En écho aux gestes de l’artiste, la collection, entièrement réalisée à la main, fait appel aux meilleurs savoir-faire artisanaux.

 

Le rotin : Des canapés aux modèles de table basse, chaque structure est réalisée en rotin par les spécialistes en la matière basés en Italie du côté de la Brianza depuis 1889 et désormais, parmi les derniers en Europe. Chaque pièce est fabriquée à partir d’une typologie de rotin baptisée Manao pouvant mesurer jusqu’à 300 m de long et récoltée à l’état sauvage en Indonésie. Découpées puis séchées à la verticale, les lianes sont ensuite chauffées avant d’être mouillées pour en fixer la courbe, assemblées et poncées à la main pour obtenir la douceur au toucher. Deux couches de vernis terminent l’opération, une finition mate venant conclure l’ouvrage.

 

Les textiles : Les tissus des assises et du paravent ont été réalisés en fils naturels par une manufacture vénitienne datant du XVIIIème siècle. Des métiers à tisser de la plus haute technologie ont été mis à disposition pour créer quatre composantes de couleurs sur mesure.

 

La céramique : Sur la structure en rotin des tables basses est posé un plan en céramique coulé et démoulé à la main par une manufacture italienne en Toscane. Les pièces sont cuites une première fois puis peintes avec des engobes et cuites une seconde fois pour fixer la couleur.

De l’audace du bonheur

Emmenée par la quatrième génération d’héritiers d’Henri Matisse, Maison Matisse souhaite aujourd’hui transcender l’œuvre du peintre en appelant personnalités et créateurs à participer à son projet. « Maison Matisse représente cette envie de faire perdurer et promouvoir l’œuvre de notre aïeul Henri Matisse en soutenant l’expression d’une interprétation en 3 Dimensions de son œuvre. Elle marque aussi le désir de prolonger sa singularité, son univers joyeux et apaisant avec toute l’exigence et la créativité requises, explique l’arrière-petits-fils Jean-Matthieu Matisse.

 

« Notre mission est de faire partager universellement l’émotion très particulière attachée à des objets sensibles qui transmettent le regard vivifiant, poétique et singulier de notre arrière-grand-père. Comme une nouvelle lecture des tableaux auxquels chacun des objets se réfèrent pour que les nouvelles générations du monde entier découvrent cette éternelle allégresse et en profitent au quotidien de leur vie »

Partagez cette histoire sur...

Copied!